Que penser de Systemd ?

Si vous êtes des afficionados du Logiciel Libre, vous n’avez pas pu passer à côté de la guerre qui fait rage entre les pros et et les antis-systemd.
Au sein de ma distribution préférée, quelques secousses ont également eu lieu menant à des débats enflammés sur les mailing-lists du projet.
Alors qu’est-ce que Systemd ?

Systemd se veut le remplaçant de Sysvinit (hérité des systèmes Unix V5 et BSD). Ils sont tous deux des programmes de gestion de démarrage de systèmes Linux. En clair ils les orchestrateurs du lancement des différents démons et process.

Il y a 2 principaux avantages à utiliser Systemd. Le premier est un démarrage plus rapide du système, et le deuxième (que je considère comme le plus important), est l’unification des méthodes de lancement des différentes distributions. En effet avec Sysvinit, chaque distribution ou presque a sa propre méthode de démarrage. Ainsi un développeur qui souhaite faire tourner un logiciel qui se lancerait avec la machine doit alors le rendre compatible avec chaque distribution ce qui est une gageure.

En revanche il y a quelques inconvénients majeurs à l’utilisation de Systemd. Le premier est une élévation conséquente de la complexité d’administration des systèmes. Là où Sysvinit se base sur des scripts Shell facilement lisibles, Systemd utilise une longue collection de binaires. De fait, de la gestion des services à la lecture des journaux de logs tout passe par des binaires.

Le deuxième inconvénient est que Systemd est plutôt invasif. Il n’entend pas se contenter de gérer seulement le lancement des démons, mais également de prendre en charge l’authentification, la gestion de l’énergie etc … Ce qui de fait s’oppose quelque peu à la philosophie Unix qui dit qu’il vaut mieux plusieurs petits programmes qui ne s’occupent que d’une tâche à la fois bien, plutôt qu’une pieuvre qui voudrait tout faire mal (« do one thing, but do it well »). Certains l’appellent même un deuxième Kernel.

Certaines distributions l’ont déjà adopté comme Fedora, et d’autres sont en passe de le faire comme Debian avec la future version 8 (aka Jessie). Ubuntu a d’ores et déjà annoncé qu’ils allaient également l’adopter.
En tant que développeur officiel du projet Debian je ne peux pas aller contre la décision du projet mais pour tester en ce moment Systemd sur Jessie, je dois avouer que je ne suis pas réellement sûr de vouloir migrer …

13 thoughts on “Que penser de Systemd ?

  1. Cela fait un bon moment que j’utilise systemd puisque je suis sous Arch Linux.
    Au début j’ai en effet eu quelques soucis d’adaptation mais finalement avec le temps on comprend mieux le fonctionnement de l’outil.

  2. Je rejoins un peu Nassim, étant sous Arch depuis quelques années, j’ai vu un Systemd prendre plus d’importance, les débuts étaient difficiles, les configurations « simplifiées » mais un peu opaques, aujourd’hui cela va un peu mieux et ça boot réellement plus rapidement !

    Avec Systemd, la philosophie Unix est laissée de côté, et que certains en soient déçus cela peux se comprendre. Le fork me paraît être une entreprise risquée si peu de mainteneurs/développeurs Debian suivent et garder 2 systèmes « concurrents » sur la même distrib me semble encore plus risqué.

    Systemd va s’imposer, à moins qu’il ne soit forké et découpé pour réaliser des tâches plus simples, un peu plus dans la droite ligne d’Unix… Cela me paraîtrait plus sage qu’une distrib entière.

  3. Plus qu’une question de philosophie, Systemd pose de réels problèmes de stabilité, de compatibilité. Stabilité car il introduit des bugs capables de bloquer le noyau (et les développeurs ne semble pas considérer que cela vient de systemd et propose un hack pour le noyau linux, on rêve). Compatibilité ? Eh oui, systemd utilise des fonctionnalités purement linux et ne peut fonctionner que sous Linux. Comme il commence à prendre massivement en charge l’ensemble des périphérique, cela créé une adhérence entre les couches hautes des applications et les couches basses tenues par Systemd, par exemple Gnome 3.8. De fait, ces applications ne peuvent plus fonctionner que sous Linux.

    A voir pour comprendre :
    http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Composants_systemd.svg?uselang=fr

  4. J’ai mis en production une Fedora qui utilise systemd. Les seuls problèmes de stabilité que j’ai rencontrés sont liés avant tout à des mauvais réglages que j’ai effectué au niveau de Apache. ;+)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *